2.9.17

La Mort d'un chat

 
 
Hier, au moment où je sortais de chez moi, j'ai aperçu un groupe de promeneurs sur la route. Quelle ne fut pas ma surprise de voir quelques femmes s'en détacher et se précipiter à ma rencontre avec des mines catastrophées :
- Madame, Madame, venez vite voir...  Il y a un chat mort sur votre pelouse !
Elles me l'ont décrit, étendu, les pattes en l'air, inerte... Il a dû se faire renverser par une voiture et aller mourir là... le pauvre !
Je me suis rendue avec elles sur les lieux du drame.
En effet, malgré le groupe qui jacassait près de lui, le chat, figé dans une position bizarroïde, ne remuait pas un poil. 
Normal, il a le sommeil lourd, Chat...
Le bruit des conversations excitées a quand même fini par le réveiller. Il nous a regardés, l'air interloqué, s'est levé paresseusement, a parcouru les quelques mètres qui nous séparaient de lui avant de se laisser tomber lourdement aux pieds des bonnes dames qui se sont empressées de lui frotter le ventre, heureuses de le voir ressuscité. 
Il est comme ça, Chat. Il dort n'importe où, dans des positions baroques, indifférent au monde qui l'entoure. Parfois, il ne se rend même pas compte que la pluie tombe et nous revient le pelage hirsute et trempé. C'est un philosophe. L'âme en paix, il l'a de son vivant, lui.

Aucun commentaire: