20.6.17

Jaloo - Insight


L'artiste qui m'a donné envie de renouer avec la MPB (Musique Populaire Brésilienne) que j'avais un peu perdue de vue et d'ouïe ces dernières années.


 

4.6.17

L'Arcadie comme si vous y étiez

Pour vous qui habitez la ville et n'avez comme horizon que l'asphalte et le béton, voici un petit aperçu de ce que vous manquez en ce moment. Entrez dans les images, prenez une bouffée d'air frais et savourez l'intermède bucolique que je vous offre.
 
Les grands coquelicots, effet esthétique garanti, qu'ils lévitent dans les publicités ou au-dessus d'un champ de foin fraîchement coupé.
 
Les graminées, accusées de tous les maux, mais dont on ne peut s'empêcher d'admirer la finesse et le potentiel décoratif.
 
L'ail sauvage et son rose si tendre (Pantone 189 C) qu'on en mangerait...
 
Les campanulacées...
 
Le muscari à toupet...
...
 
 

25.5.17

Kung Fu

 
 

Toujours en quête des origines de mon intérêt pour l’Asie, j’avais envie de revoir une série qui m'avait fortement impressionnée par son esprit : Kung Fu, avec David Carradine dans le rôle de l’anti-héros Kwai Chang Caine. Je me demandais si elle allait toujours me paraître aussi géniale, et j’avais un peu peur que la réalité ne se révèle très éloignée de mon souvenir enchanté.
 
J’avais presque tout oublié et je l’ai redécouverte aussi efficace, fraîche et fabuleuse qu’au premier jour. Bien sûr, côté maquillage et décors, cela laisse parfois un peu à désirer, mais qu’importe, puisque le reste tient la route. Œuvre intemporelle, elle véhicule les principes de base du bouddhisme - tolérance, respect d’autrui, contrôle de soi, non-violence…. Autant de qualités auxquelles notre société semble avoir définitivement renoncé, ce qui nous en rend d’autant plus nostalgiques.

Ce formidable road movie nous fait sillonner l’Amérique de la fin du XIXe siècles. Caine voyage et sa route croise celle de tout un tas de personnages, notables, marginaux et petites gens. Leurs portraits forment une galerie complète des vices et des vertus de l’humanité, et surtout de sa stupidité. Ces êtres luttent, espèrent, désespèrent, se heurtent, se blessent, s'aiment, se haïssent, et Caine est à la fois le témoin silencieux et le révélateur. À travers lui, ils finissent par prendre conscience qu'il y a mieux et plus en l'être humain que ce qu'ils y mettaient, qu’il faut toujours considérer tous les aspects d’un problème et qu’il n’y a pas forcément de bonne solution ou de bonne réponse.

Cette série était un véritable cadeau. Elle montrait que si la voie de la sagesse et de la mesure est la plus difficile, et celle qui demande le plus de courage et de force morale, c'est sans nulle doute la plus belle et la plus glorieuse, et celle qui apporte le plus à celui qui l’emprunte.


15.5.17

La Centauresse de Diomède

Facture art déco et inspiration symboliste, l'œuvre est superbe.
 
Il s'agit d'une gravure réalisée par Henry Chapront pour le frontispice de l'édition de 1921 du roman de Rémy de Gourmont, Les Chevaux de Diomède (éditions La Connaissance).
On y note l'influence cubiste et surtout ces roses, motif typique et récurrent des années 20. Leur floraison foisonnante envahit alors tous les domaines des arts décoratifs (menaçant d'en étouffer quelques-uns).
Quant au roman de Gourmont, il figure parmi les nouveaux ajouts du site gutenberg.org où je vous invite à vous rendre si l'ouvrage vous intéresse.
Gourmont n'avait pas l'esprit dans sa poche et le livre est truffé de remarque pertinentes, et surtout impertinentes, sur nombre de sujets, comme par exemple, l'immense pouvoir de la littérature :
 
…par des lectures choisies avec soin,
lentes et méditées, on peut recréer son existence
avec une facilité presque mauvaise.
 
Ou cette tirade qui, au temps des émoticones, prend des allures prophétiques :
Dans quelques siècles, tout le monde pensera sur ce point comme pense l'homme moyen d'aujourd'hui. Il n'y aura plus aucune littérature, ni de prose ni de vers, et la pensée s'exprimera selon une formule nette, sèche, purement algébrique. Comme il n'y aura plus d'idées générales, toute notion de l'extra-sensible étant abolie ou considérée comme l'un des symptômes de la folie, il est très possible qu'on délaisse, comme trop lent, notre système d'écriture. A des hommes parqués par la science et par le socialisme dans des besognes et des plaisirs prévus et ordonnés une fois pour toutes, quelques idéogrammes suffiront pour dire toute la pensée humaine, qui sera brève; les besoins physiques, les désirs sexuels, bon, mauvais, pluie, soleil, froid ; chaud. J'estime qu'avec cinquante grognements gradués et autant de signes représentatifs un troupeau d'hommes socialisés exprimera parfaitement tout son génie.

11.5.17

24.4.17

"The Young Pope", Paolo Sorrentino, 2016

 
Il mondo si è fermato per parlare d'amore.
 

Quand on commence à regarder cette série, on ne sait pas du tout à quoi s'attendre, et c'est un sentiment qui perdure jusqu'à la dernière minute.
Le scénario est bluffant, la réalisation magistrale. C'est beau. Subtile. On n'est plus habitué à tant de beauté et d'intelligence.
Sorrentino est un génie.

20.4.17

Le Temps des corbeaux

Voici venir le vole augural des corbeaux,
Des corbeaux dépeceurs sinistres des vieux mondes.
Tout l'avenir est noir de leurs ailes immondes...
La mer monte d'en bas avec des voix profondes,
Qui demain passera par-dessus nos tombeaux.

Albert Samain, Le Chariot d'or

Après la vision du jardin dévasté, j'ouvre au hasard un livre de poésie pour y puiser un peu de beauté et de réconfort, mais je tombe sur ces vers qui, hélas, me rappellent aussitôt notre funeste réalité politique... Allez savoir pourquoi...
 
Il me semble que je pourrais utiliser ce recueil comme livre de présages.
Par exemple, je pose la question "qui sera élu ?" j'ouvre au hasard et je lis :
 
Des cadavres hautains, dont les yeux magnanimes
Rêvent, tout grands ouverts, aux idéals perdus !
 
C'est probablement ce que nous aurons.
Voilà une méthode de divination efficace. Aussi fiable qu'un sondage (voire plus), infiniment moins chère, et beaucoup mieux tournée.

Souvenirs d'un jardin...

Cette nuit, il y avait -3°C à l'abri.
Tout ce qui était joli, frais , tendre et prometteur est mort.
On parfois l'impression que cette terre est maudite.

27.3.17

Les abricotiers en fleurs...

 
... n'ont nulle part où fuir la tristesse du printemps.
Hán Yuán Jí (1118-1187)
 
Vers emprunté au site Vent du Soir, une sorte de havre de beauté et d'éternité, qui propose une anthologie de la poésie chinoise tardive.
 

28.2.17

Beignets de Carnaval

 
On s'efforce tant bien que mal de maintenir quelques traditions...
Aujourd'hui, je me suis attaquée à celle des beignets de Carnaval. Une grande première pour moi.
J'ai réussi de vrais beaux beignets dorés, appétissants... De vrais beaux beignets de blog, en vérité, car leurs qualités se sont concentrées sur l'aspect visuel. Ils rendent bien en photo. C'est à peu près la seule chose positive que l'on puisse en dire. Ce n'est pas forcément une consolation pour ceux qui vont se sentir obligés de les manger pour me faire plaisir !
J'en suis à prier pour que personne ne s'étouffe avec. Ce que j'ai réalisé, c'est en quelque sorte le mochi version hexagonale.
...